Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
surlesroutesdeladoc.over-blog.fr

surlesroutesdeladoc.over-blog.fr

Présence des sœurs de la Doctrine Chrétienne de Nancy

FOUG

 le 23 mars 1740, le chancelier de  La  Galaizière  de  S.A.R.  ratifiant  la requête du prévôt et des échevins, constate qu’un seul maître ne peut suffire pour Foug ; qu’il est nécessaire de songer  à  l’instruction  des filles et ordonne l’établissement d’une maîtresse d’école  approuvée  de l’évêque  de  Toul. Il fixe son traitement à 100 livres dont  70 seront  prises  sur  les  revenus  de  la  fabrique  et 30 sur ceux de l’octroi.   La communauté pourvoira, en outre, à son logement. Munis de cette autorisation,  on  s’adresse  au  Supérieur Vatelot, chanoine de la cathédrale, supérieur des soeurs de la Doctrine chrétienne, qui fournit à la paroisse, le 7 juin  1740,  deux  soeurs maîtresses d’école au lieu d’une « à cause du grand nombre de filles, qu’il y a  à instruire et des pauvres dont il faut prendre soin » .

On connaît le nom de quelques unes de ces femmes : en 1747, soeur  Barbe Bary ; en 1769, sœurs Victoire Picquot et Catherine Thénot ;  en 1787, sœurs Marie Toussaint et Euphrasie Marchal ; en 1793, sœur Anne Marie Royer ; en 1797, sœur Anne Jaillon ; en 1806, sœur Marie Thérèse George. 

  Les sœurs institutrices de la Doctrine Chrétienne, venues à l’origine pour faire l’école des filles se sont reconverties et après la création de l’usine et la création par les américains du foyer Sainte madeleine en hôpital à la guerre de 14-18, ce foyer prit le nom de Madeleine, du nom d’une des filles de M. Pierre Ageron, ingénieur des fonderies de Pont à Mousson, décédée jeune de la tuberculose.

 La guerre finie, les américains firent don du foyer aux sœurs, mais qui ne le font pas officialiser. L’usine des Fonderies payant l’entretien et les travaux de réparation, estima que ce bâtiment lui appartenait. C’est comme cela qu’il appartient officiellement à l’usine des Fonderies.

Centre de soins, pesée des nourrissons, etc… Les soeurs institutrices sont devenues des sœurs infirmières qui sont restées longtemps à Foug, pour le bien de la population Faouine.  

 

(source : Msieurmomo.unblog.fr)

 

Foug

Soeurs présentes à Foug :

 

- Sr Scholastique PULTIER : 1882-1897 infirmière

- Sr Alexandre GOISSEN : 1919-1943 infirmière, supérieure

- Sr Marthe : 1945

- Sr Aurélia GEORGEL : 1966 supérieure

Soeur originaire de Foug :

- Sr Xavier CHARLEMAGNE

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article